01.12.19    Avyakt Bapdada     French Murli     15.03.85     Om Shanti     Madhuban


La méthode facile pour se libérer des efforts est d’être dans le niveau de la forme incorporelle.


Par amour pour les enfants, BapDada quitte Son niveau de nirvana, au-delà du son pour venir dans le son. Pour quoi faire ? Pour donner aux enfants l’expérience du nirvana, du niveau au-delà du son, comme celui dans lequel Il se trouve, pour vous emmener au nirvana, dans la douce demeure. Le niveau du nirvana est celui où l’âme est libre de toute pensée négative. Le niveau du nirvana est le niveau incorporel. Dans le niveau du nirvana, vous venez dans le son de la forme corporelle tout en restant incorporels. Lorsque vous venez dans le corporel, vous restez conscients de la forme incorporelle. « Moi, l’être incorporel, je parle en prenant le support du corporel». Etre dans la conscience du niveau incorporel tout en étant dans la forme corporelle est ce qu’on appelle venir de l’incorporel dans les paroles et les actions en utilisant le corporel. La forme originelle est incorporelle et la forme corporelle est le support. Cette conscience double du corporel et de l’incorporel est puissante. N’oubliez pas la forme incorporelle en utilisant le support du corporel. C’est parce que vous oubliez ceci que vous devez faire des efforts pour vous souvenir. Dans la vie de ce monde, vous vous souvenez automatiquement de votre forme physique, que vous êtes untel et que vous faites ceci ou cela en ce moment. La tâche varie mais le fait que vous soyez telle ou telle personne ne change pas et vous ne l’oubliez pas. De même, vous devriez toujours vous souvenir automatiquement et constamment de votre forme originelle : «Je suis une âme incorporelle » dans chacune de vos actions. Une fois que vous êtes dans cette conscience et que vous avez compris que vous êtes des âmes incorporelles, c’est-à-dire une fois que vous avez cette connaissance, vous connaissez votre forme grâce au pouvoir de la connaissance. Comment pourriez-vous l’oublier une fois que vous le savez ? Avec le pouvoir de la connaissance, même lorsque vous essayez d’oublier la conscience du corps, vous ne l’oubliez pas. Alors comment pouvez-vous oublier cette forme consciente de l’âme ? Posez-vous la question et entraînez-vous. Tout en marchant, en agissant, en vaquant à vos occupations, vérifiez si c’est l’être incorporel qui agit en prenant appui sur le corporel. Ainsi vous serez automatiquement au niveau libre des pensées négatives, le niveau incorporel et le niveau libre des obstacles. Vous serez libérés des efforts. Vous trouvez que cela demande des efforts si vous l’oubliez encore et encore car vous devez alors faire des efforts pour vous souvenir à nouveau. Pourquoi oubliez-vous ? Devriez-vous l’oublier ? BapDada demande : «Qui êtes-vous ? Etes-vous corporels ou incorporels ? Vous êtes incorporels, n’est-ce pas? Pourquoi oubliez-vous alors que vous êtes incorporels? Vous oubliez votre forme originelle et vous vous souvenez du support. Cela ne vous amuse-t-il pas de voir ce que vous faites ? A présent, cela vous amuse, n’est-ce pas? Vous oubliez ce qui est vrai pour vous souvenir de ce qui est artificiel. Parfois, les enfants surprennent BapDada. Vous vous oubliez et que faites-vous alors ? Vous vous oubliez et vous devenez déprimés. Vous êtes en mesure d’appeler le Père de l’incorporel dans le corporel du fait de votre amour. Alors ne pouvez-vous pas rester stables dans le niveau incorporel, dans le même niveau que Celui que vous aimez ? BapDada ne peut supporter de voir les enfants travailler dur. Des maîtres à l’autorité toute puissante qui triment ! Vous, les maîtres à l’autorité toute puissante, êtes les maîtres de tous les pouvoirs. A tout moment, tout pouvoir que vous invoquez avec une pensée pure sera présent face à vous, les maîtres. Un tel maître, dont les serviteurs sont les pouvoirs, travaillera-t-il dur ou leur donnera-t-il ses ordres avec des pensées pures ? Que fera-t-il ? Vous êtes des rois, n’est-ce pas ? Ou bien êtes-vous des sujets ? D’ordinaire, comment appelle-t-on un enfant digne ? On l’appelle enfant-roi, n’est-ce pas ? Alors, qu’êtes-vous? Etes-vous des enfants royaux ou des enfants dépendants ? Vous êtes des âmes qui ont un droit, n’est-ce pas? Ces pouvoirs et ces vertus sont vos serviteurs ; invoquez-les et ils se présentent devant vous. Du fait de certaines faiblesses, ceux qui sont puissants se font vaincre bien qu’ils disposent d’armes puissantes. Etes-vous faibles ? Vous êtes des enfants courageux, non ? Que dirait tout le monde si les enfants de l’Autorité toute puissante étaient faibles? Cela semblerait-il bien ? Apprenez donc comment invoquer les pouvoirs et comment les commander. A qui des serviteurs obéiront-ils ? A un maître. Ici, parfois, le maître devient un serviteur. Celui qui travaille dur est un serviteur, n’est-ce pas ? Vous êtes-vous à présent libérés du labeur de l’esprit ? Travailler dur physiquement pour servir le yagya, c’est autre chose. Cela aussi ne semblera pas être du labeur si vous comprenez l’importance du service du yagya. Quand les âmes en contact viennent à Madhuban et qu’elles voient comment la nourriture est préparée pour tant de personnes et qu’en même temps, tout le reste se fait également, elles se demandent comment vous pouvez accomplir un tel travail. Ils sont surpris de voir le grand travail qui est accompli. Cependant, qu’en pensent ceux qui font ce travail ? Etant donné l’importance du service, tout cela ressemble à un jeu. Cela ne paraît pas laborieux. Le labeur change de forme parce que vous êtes conscients de cette importance et parce que vous aimez le Père. Ainsi à présent, l’heure est venue de se libérer du labeur de l’esprit. Depuis l’âge de cuivre, votre esprit a travaillé dur, cherchant, implorant et se désespérant. Ce labeur de l’esprit a aussi augmenté le travail à fournir pour gagner de l’argent. Si vous les interrogez aujourd’hui, que disent les gens ? Que gagner de l’argent n’est pas comme aller chez sa tante! Le labeur de l’esprit a augmenté le travail nécessaire pour gagner de l’argent et a rendu les corps malades. C’est pourquoi agir avec le corps devient laborieux. Il y a le labeur de l’esprit et le labeur pour l’argent. Et ce n’est pas tout, aujourd’hui il y a en plus le labeur d’assumer la responsabilité de l’amour envers sa famille. Parfois une personne boude, parfois c’en est une autre. Et vous restez alors occupés à cajoler cette personne pour essayer de vous raccommoder avec elle. Aujourd’hui, vous pensez avoir acquis quelque chose et le lendemain, vous ne l’avez plus ; tout est à recommencer. Vous vous êtes donc fatigués avec toutes ces choses, n’est-ce pas ? Vous étiez fatigués aux niveaux du corps, de l’esprit, des biens et des relations.

En premier lieu, BapDada met fin au labeur de l’esprit parce que l’esprit est la graine. Le labeur de l’esprit vous donne l’expérience de travailler dur sur les plans physique et financier. Quand vous devez effectuer un travail, si votre esprit ne va pas bien, vous dites que vous en êtes incapables. Vous n’êtes pas malades, mais vous avez l’impression d’avoir 40° de fièvre ! Ainsi le labeur de l’esprit vous donne l’expérience d’avoir à travailler dur avec votre corps également. Pareil avec l’argent. Si l’esprit ne va pas très bien, vous direz que vous devez faire beaucoup d’efforts, que c’est très difficile de gagner de l’argent, ou que l’atmosphère est mauvaise. Cependant, lorsque votre esprit est heureux, vous dites que ce n’est rien. C’est le même travail, mais le labeur de l’esprit vous donnera le sentiment d’avoir à travailler dur au niveau physique. La faiblesse de l’esprit rend l’atmosphère faible. BapDada ne supporte pas de voir les enfants batailler avec leur esprit. Vous avez travaillé dur pendant 63 vies. A présent, cette vie unique est une vie de plaisir, une vie d’amour, une vie d’acquisitions, une vie de bénédictions. C’est une vie pour prendre, pour recevoir de l’aide. Alors pourquoi travailler dur même dans cette vie-ci? Par conséquent, transformez désormais le labeur en amour. Mettez-y fin en réalisant l’importance de tout cela.

Aujourd’hui, Bap et Dada discutaient ensemble sur le labeur des enfants. Bap et Dada souriaient en voyant ce que vous faites, en voyant la cause du labeur de l’esprit et ce que vous faites. Vous créez toutes sortes d’enfants, des enfants handicapés à qui il manque parfois un bras ou une jambe ou même qui n’ont pas de tête ! Vous engendrez toute une création de gaspillage et ensuite, comme vous avez engendré cette création, que faites-vous ? Vous devez travailler dur pour la soutenir. L’ayant créée, vous devez travailler beaucoup plus dur si bien qu’après, vous êtes fatigués et découragés. Et vous trouvez alors que c’est très difficile. «C’est très bien mais c’est très difficile ». Vous ne voulez pas lâcher prise et vous envoler. Que devrez-vous donc faire ? Vous devrez marcher. Et oui, marcher demande des efforts. Aussi cessez dorénavant d’engendrer une création faible et vous serez libérés du labeur de l’esprit. Que dites-vous de drôle à ce moment-là ? Le Père vous demande pourquoi vous créez tout ce gaspillage. Et vous dites la même chose que les gens d’aujourd’hui : «Que puis-je faire si Dieu m’envoie cela?». Vous mettez cela sur le compte de Dieu. Que dites-vous de cette création inutile et ruineuse ? « Je ne la voulais pas, mais Maya est venue. Cela arrive sans que je le veuille ». Par conséquent, devenez des maîtres, les enfants de l’Autorité toute puissante. Devenez des rois. Un faible signifie un sujet dépendant. Un maître veut dire un roi puissant. Soyez des rois et invoquez. Asseyez-vous sur le trône élevé de votre niveau originel. Siégez sur le trône et invoquez les pouvoirs, vos serviteurs. Donnez-leur des ordres! Il sera alors impossible que vos serviteurs n’obéissent pas à vos ordres. Vous ne direz plus: «Que puis-je faire ? Comme je n’ai pas le pouvoir de tolérance, je dois travailler dur », ou «Cela s’est produit parce qu’il me manque le pouvoir de m’adapter ». Si vos serviteurs ne vous sont pas utiles lorsque vous en avez besoin, quelle sorte de serviteurs sont-ils ? Qu’arriverait-il si vos serviteurs n’apparaissaient qu’une fois le travail fini ? Lorsqu’une personne accorde de l’importance au temps, ses serviteurs seront également présents au bon moment, connaissant l’importance du temps. Si un pouvoir ou une vertu n’apparaît pas au moment opportun, cela prouve que le maître ne connaît pas l’importance du temps. Que devriez-vous donc faire ? Est-ce mieux de s’asseoir sur le trône ou de travailler dur? A présent, inutile d’accorder du temps au gaspillage. Aimez-vous travailler dur ou préférez-vous être des maîtres? Que préférez-vous ? Il vous a été dit que, pour ce faire, vous devez simplement continuer à vous entraîner: «Moi, l’être incorporel, j’accomplis cette tâche avec le support du corporel». Devenez karavanhar et faites en sorte que tout soit fait en utilisant vos organes physiques. Si vous gardez dans votre conscience votre forme réelle, incorporelle, les vertus et les pouvoirs de la forme réelle apparaîtront automatiquement. La forme détermine les vertus et les pouvoirs qui entrent en action de façon automatique. Lorsqu’une kumari devient mère, tous les pouvoirs et les vertus de mère, comme l’abnégation, l’amour et le service infatigable apparaissent automatiquement. Ainsi, si vous vous souvenez de votre forme éternelle et impérissable, ces vertus et pouvoirs apparaîtront automatiquement. La forme crée automatiquement la conscience et le niveau. Comprenez-vous ce que vous devez faire ? Finissez-en avec le mot « labeur » dans votre vie. Vous trouvez quelque chose difficile si vous devez travailler dur. Quand le labeur cessera, le mot « difficile » disparaîtra automatiquement. Achcha.

A ceux qui rendent constamment facile ce qui est difficile; à ceux qui transforment le labeur en amour; à ceux qui font l’expérience de leurs pouvoirs élevés et de leurs vertus élevées en restant conscients de leur forme originelle; à ceux qui donnent toujours au Père la réponse de l’amour; à ceux qui deviennent égaux au Père; à ceux qui s’assoient toujours sur le siège d’une conscience élevée et qui, en tant que maîtres, font agir leur serviteurs; à de tels enfants royaux, les enfants-maîtres, BapDada donne Son Amour, Son Souvenir et dit: «Namaste».

BapDada rencontre personnellement des frères et sœurs doubles-étrangers : Le service vous permet de faire l’expérience de la compagnie du Père. Faire du service veut dire rester constamment dans la compagnie du Père. Que vous restiez dans la forme corporelle ou dans la forme subtile, le Père est toujours avec les enfants serviteurs. Karavanhar vous fait agir, Celui qui vous fait agir vous fait avancer ; et vous, que faites-vous ? Vous devenez des instruments et jouez le jeu. C’est votre expérience, n’est-ce pas ? Vous êtes de tels serviteurs qui réclament un droit au succès, n’est-ce pas ? Le succès est votre droit de naissance. Le succès vous donne constamment l’expérience d’être de grandes âmes charitables. Ceux qui doivent devenir de grandes âmes charitables reçoivent de tous le coup de pouce des bénédictions. Achcha.

A présent, le jour va venir où tous chanteront cette chanson : « Il n’y en a qu’Un seul ; Il est l’Unique ». Il ne reste plus que ce rôle à jouer dans le Drama. Dès que cela se fera, l’accomplissement sera possible. Maintenant, vous devez faire se rapprocher ce rôle. La méthode facile pour attirer les âmes est de leur donner cette expérience. Continuez à leur donner la connaissance et donnez-leur une expérience. Ecouter la connaissance simplement ne les satisfait pas, mais tandis qu’ils écoutent, continuez aussi à leur donner une expérience. Ainsi, ils comprendront l’importance de la connaissance et du fait de leurs réalisations, ils sentiront également de l’entrain et de l’enthousiasme. Les conférences des autres sont seulement emplies de connaissance. Les vôtres devraient être emplies non seulement de connaissance mais aussi de l’autorité de l’expérience. Ainsi, en parlant avec l’autorité de l’expérience, continuez à leur donner une expérience. Par exemple, ceux qui sont de bons orateurs peuvent, en parlant, faire rire ou pleurer. Dans le silence, ils peuvent les emmener dans le silence. Ils changent l’atmosphère de la salle selon leurs paroles. Mais ce n’est que temporaire. Puisqu’ils peuvent faire cela, que ne pouvez-vous pas faire, vous les maîtres à l’autorité toute puissante ? Lorsque l’un (de vous) dit : « paix », il devrait régner une atmosphère de paix. Lorsque vous dites « félicité », il devrait y avoir une atmosphère de félicité. Les conférences qui donnent une telle expérience hisseront le drapeau de la révélation. Les gens doivent voir quelque chose de spécial. Achcha. Le temps vous emplit automatiquement de pouvoirs. C’est déjà fait, vous n’avez qu’à le refaire. Achcha.

BapDada rencontre Dadi Janki au moment de prendre congé:
Tu es heureuse en voyant tout ceci. Les enfants spécialement aimés ont le plus de bonheur, n’est-ce pas? Ceux qui ne cessent d’avancer dans les vagues de l’océan de bonheur – l’océan de bonheur et l’océan de toutes les acquisitions – continuent également de permettre aux autres d’avancer dans les vagues de l’océan. Que fais-tu tout au long de la journée? Que fait-on avec quelqu’un qui ne sait pas nager dans l’océan? On lui tient les mains, n’est-ce pas? C’est le travail que tu fais: avancer dans les vagues de bonheur, les vagues de joie… c’est ce que tu continues à faire, n’est-ce pas? Tu as trouvé un bon travail pour t’occuper. Combien es-tu occupée? As-tu du temps? Tu es toujours occupée à cela. Donc, quand les autres te voient, ils te suivent. Ce ne sont que le souvenir et le service et rien d’autre n’est visible. Automatiquement, ton intellect va vers le souvenir et le service, et nulle part ailleurs. Tu n’as pas à faire fonctionner ton intellect; il fonctionne automatiquement. C’est ce qu’on entend par avoir appris quelque chose et l’enseigner aux autres. Tu as reçu un bon travail à faire. Le Père est parti après vous avoir rendus intelligents, habiles, n’est-ce pas? Il n’est pas parti après avoir simplement fait de vous untel ou une telle. Il est parti après vous avoir rendus habiles et il vous a également donné un lieu. Tu as toujours Sa compagnie, mais Il a fait de toi un instrument. Il t’a rendue habile et t’a donné un siège, une position. Le système de donner un siège, une position, a commencé ici. Le Père est parti après vous avoir donné le trône et la position du service. A présent, il observe, en tant qu’Observateur détaché, comment les enfants progressent et dépassent tout le monde (Dadi). Tu as Sa compagnie et Il est l’Observateur. Il joue les deux rôles. Dans la forme corporelle, Il est l’Observateur détaché et dans la forme avyakt, Il joue le rôle du Compagnon. Il joue les deux rôles.

Bénédiction:
Puissiez-vous rester constamment heureux et revendiquer des bénédictions en maintenant un équilibre entre le souvenir et le service à chaque souffle.

Tout comme vous êtes attentifs à garder votre lien de souvenir toujours connecté, que le lien du service soit également toujours connecté. Qu’à chaque souffle, il y ait le souvenir et le service; c’est ce qu’on entend par maintenir un équilibre. Avec cet équilibre, vous continuerez constamment à faire l’expérience de bénédictions et le message naîtra dans votre cœur que vous êtes soutenus par les bénédictions. Vous vous libérerez d’avoir à travailler dur et à batailler. Vous vous libérerez des questions: «Quoi? Pourquoi? Comment?» et serez toujours heureux. Vous ferez alors l’expérience du succès sous la forme de votre droit de naissance.

Devise:
Afin de pouvoir prétendre à une récompense du Père, vous devez avoir avec vous le certificat attestant que vous-mêmes et vos compagnons êtes libres des obstacles.