10.11.19    Avyakt Bapdada     French Murli     06.03.85     Om Shanti     Madhuban


L’âge de confluence est une célébration et la vie brahmine est faite d’enthousiasme.


Aujourd’hui, le Père le plus saint et le plus élevé est venu célébrer Holi avec Ses cygnes saints et heureux. Le Père Trimurti est venu parler aux enfants des secrets des trois sortes de Holi. L’âge de confluence est l’âge saint (holy) de toute façon. L’âge de confluence est une célébration, l’âge de la fête. Chaque jour, chaque instant est pour vous, les âmes élevées un festival d’enthousiasme. Les gens qui n’ont pas la connaissance célèbrent des fêtes pour se donner de l’enthousiasme. Cependant, pour vous, les âmes élevées, cette vie brahmine est une vie d’enthousiasme. La vie divine est toujours emplie d’entrain et de bonheur. C’est pourquoi l’âge de confluence est en soi l’âge de la célébration. Une vie divine est une vie toujours emplie d’ardeur et d’enthousiasme. Vous passez votre vie élevée à danser constamment dans le bonheur, à boire le nectar nourrissant de la connaissance, à chanter des chansons de bonheur et d’amour du fond du cœur. Les âmes qui n’ont pas la connaissance célèbrent pendant un jour, font l’expérience d’un enthousiasme éphémère et redeviennent ensuite semblables à ce qu’elles étaient avant. Vous devenez saints, purs tout en célébrant des festivals et vous rendez également les autres ainsi. Tous ces gens ne font que célébrer alors que vous, vous célébrez et vous devenez (les incarnations de ce que vous célébrez). Les gens célèbrent Holi de trois façons: pour commencer, ils font un feu; ensuite, ils se colorent les uns les autres et troisièmement, ils célèbrent une rencontre bénéfique. Ces trois célébrations de Holi ont un sens mais tous ces gens continuent de célébrer Holi d’une façon physique. En cet âge de confluence, quand vous appartenez au Père, vous, les grandes âmes, c’est-à-dire quand vous devenez saintes, pures, que faites-vous en premier? Avant tout, vous brûlez tous vos vieux sanskars et votre vieille nature dans le feu du yoga. C’est seulement après cela que vous pouvez être colorés par la compagnie du Père, grâce au souvenir. Vous aussi vous commencez par célébrer le Holi du feu et vous êtes ensuite colorés par la compagnie de Dieu, autrement dit, vous devenez égaux au Père. Le Père est l’Océan de connaissance et les enfants aussi deviennent des incarnations de la connaissance en étant colorés par Sa compagnie. Ainsi, les vertus du Père deviennent vos vertus et les pouvoirs du Père deviennent vos trésors ; ils sont devenus vos biens. La couleur de la compagnie devient tellement indélébile qu’elle reste impérissable vie après vie. Et lorsque vous êtes colorés par la Compagnie, ayant célébré ce Holi de la couleur spirituelle, la rencontre élevée de l’âme avec l’Âme suprême, du Père avec les enfants, a lieu constamment, encore et encore. Les gens qui n’ont pas la connaissance se mettent ensuite à célébrer le mémorial de votre Holi spirituel. Ils célèbrent les divers mémoriaux de votre vie pratique, emplie d’enthousiasme et deviennent heureux pour quelque temps. Ils se souviennent de toutes les spécialités que vous avez acquises à chaque pas de votre vie élevée et ils célèbrent avec plaisir pendant une courte période. Vous êtes contents, n’est-ce pas, en voyant et en entendant dire que ce mémorial commémore vos spécialités? Vous avez brûlé Maya et eux font un Holika et brûlent tout cela. Ils ont inventé des histoires tellement divertissantes que cela vous amuse d’entendre comment ils ont repris toutes les situations que vous vivez. Ils célèbrent le festival de Holi comme un mémorial de vos différentes acquisitions. Vous êtes maintenant tellement heureux. Ils célèbrent la fête de Holi avec beaucoup de bonheur en mémoire du bonheur que vous avez reçu. Ils oublient toute leur peine à ce moment-là, alors que vous avez oublié toute peine pour toujours. Ils célèbrent le mémorial de votre acquisition de bonheur.

Au moment de la célébration également, jeunes et vieux s’emplissent d’une grande légèreté et célèbrent Holi le cœur léger. En ce jour, chacun reste d’une humeur très légère. C’est donc le mémorial de votre niveau double-light (léger et lumineux). Lorsque vous êtes colorés par la compagnie de Dieu, vous devenez légers et lumineux, n’est-ce pas? Il existe donc un mémorial de cette spécialité. En outre, jeunes et vieux, quelle que soit leur relation, se considèrent tous égaux ce jour-là. Même un petit-fils déversera des couleurs sur son grand-père. Ils oublient toute conscience de leur âge et de leurs relations. Ils éprouvent un sentiment d’égalité. C’est aussi le mémorial de votre niveau d’égalité, c’est-à-dire de votre fraternité; il n’y a pas la vision d‘une autre relation; c’est un mémorial de votre niveau d’égalité en tant que frères. En ce jour également, ils remplissent des pistolets à eau avec toutes sortes de couleurs et s’arrosent entre eux. Ceci aussi est le mémorial du service que vous faites en ce moment. Dans quelle mesure colorez-vous chaque âme par le jet de votre drishti et faites-vous de chacune une incarnation d’amour, une incarnation de félicité, de bonheur, de paix et de pouvoir? Vous les colorez de telle sorte que cette couleur reste permanente. Elle ne doit pas s’en aller au lavage. Vous n’avez pas à faire d’efforts. Au contraire, toutes les âmes souhaitent être colorés par cette couleur. Ainsi, vous avez tous un vaporisateur de drishti spirituel de couleurs spirituelles, n’est-ce pas? Vous célébrez Holi, n’est-ce pas? Ce Holi spirituel est le mémorial de votre vie à vous tous. Vous avez célébré une rencontre tellement bénéfique avec BapDada qu’en célébrant cette rencontre, vous êtes devenus égaux au Père. Vous avez célébré une rencontre tellement bénéfique que vous êtes devenus combinés (au Père). Personne ne peut vous séparer.

Ce jour est aussi le jour pour oublier toutes les choses du passé. Vous oubliez les 63 vies passées, n’est-ce pas? Vous mettez un point final au passé. C’est pourquoi on dit également que Holi veut dire: «Le passé, c’est du passé!». Peu importe l’inimitié qui peut exister entre plusieurs êtres, ce jour-là, c’est oublié et on considère alors que c’est le jour pour célébrer une rencontre. Vous aussi avez oublié l’ennemi de l’âme – les sanskars et la nature démoniaques –, et avez célébré une rencontre avec Dieu, n’est-ce pas? Les vieux sanskars ne devraient pas entrer dans votre conscience, même dans vos pensées. Cela aussi, c’est célébrer le mémorial de votre spécialité d’oubli. Alors, avez-vous entendu combien de spécialités vous avez? Ils ont créé des mémoriaux séparés pour chacune de vos vertus, spécialités et actions. Combien les âmes dont chaque action devient un mémorial et dont le souvenir rend les autres heureux sont grandes! Comprenez-vous qui vous êtes? Vous êtes saints (holy) de toute façon, mais vous êtes également tellement spéciaux!

Les doubles-étrangers, même si vous ne connaissez rien aux mémoriaux de votre grandeur, les gens du monde ont conscience de l’importance de votre souvenir et le célèbrent. Comprenez-vous ce qu’est Holi? Vous êtes tous colorés par la Compagnie, de toute façon. Vous êtes colorés par l’amour au point d’être incapables de voir autre chose que le Père. Vous continuez à vous nourrir, à boire, à marcher, à chanter et à danser, perdus dans l’amour. Votre couleur est durable, indélébile, n’est-ce pas, ou est-elle faible? Avec quelle sorte de couleur êtes-vous colorés : une couleur durable ou non? Avez-vous remisé le passé au passé? Vous ne devriez pas vous souvenir des choses du passé, même par erreur. Vous dites: «Que puis-je faire: je m’en suis souvenu, tout simplement! Cela vient par erreur». Une nouvelle vie, de nouvelles choses, de nouveaux sanskars, un nouveau monde. Même ce monde de brahmines est neuf. Le langage des brahmines est nouveau également. Le langage de l’âme est nouveau, n’est-ce pas? Que disent-ils et que dites-vous? Tout ce qui a trait à Dieu est également nouveau. Ainsi, le langage est nouveau, les us et coutumes sont nouveaux, les connexions et relations sont nouvelles, tout est devenu nouveau. Tout ce qui est vieux a pris fin. Le nouveau a commencé. Vous chantez des chansons nouvelles, et non anciennes. «Quoi? Pourquoi?» sont de vieilles chansons. «Aha! Ouah! Oho!» : ces chansons-là sont nouvelles. Quelles chansons chantez-vous ? Pas des chansons de détresse, n’est-ce pas ? Beaucoup dans le monde pleurent de détresse mais pas vous. Vous avez donc célébré le Holi éternel; autrement dit, vous avez laissé le passé au passé et êtes devenus complètement purs. Vous êtes colorés par la compagnie du Père. Vous avez donc célébré Holi, n’est-ce pas ?

Le Père et vous êtes toujours ensemble. Et vous le resterez toujours à l’âge de confluence. Vous ne pouvez être séparés. Vous avez dans votre cœur cet entrain et cet enthousiasme qu’il n’y a que vous et Baba, n’est-ce pas? Ou bien une tierce personne se cache-t-elle derrière les rideaux? Aucune souris ni aucun chat ne fait son apparition, n’est-ce pas? C’en est fini de tout le reste, n’est-ce pas? Maintenant que vous avez trouvé le Père, vous avez tout trouvé. Il ne reste rien d’autre. Il ne reste aucune autre relation, aucun autre trésor ou pouvoir, aucune vertu, connaissance ou acquisition. De quoi d’autre avez-vous besoin? C’est ce qu’on appelle célébrer Holi. Comprenez-vous?

Vous restez toujours dans un tel plaisir. Vous êtes des empereurs sans souci, des empereurs qui ne possèdent rien du tout, pas même une coquille, des empereurs de la terre libre de la peine. Personne d’autre ne peut maintenir un tel plaisir. Même s’il s’agit de la personne la plus riche du monde, ou la plus célèbre, un grand érudit qui a étudié les Vedas, un dévot fervent, un scientifique de renom ou n’importe qui, de n’importe quelle profession, il ne peut avoir une telle vie de plaisir libre de tout labeur. Il n’y a rien que de l’amour. Il n’y a pas d’inquiétude. Vous avez des pensées pures et positives et des bons souhaits. Faites le tour du cycle et voyez si vous pouvez trouver quelqu’un qui ait une telle vie de plaisir. Si oui, faites-le venir ici! C’est pourquoi vous chantez cette chanson: «A Madhuban, dans le monde du Père, il n’y a que du plaisir!». Vous prenez plaisir à vous nourrir, à dormir. Inutile de prendre des somnifères pour dormir. Allez dormir avec le Père et vous n’aurez pas besoin de cachet. C’est lorsque vous dormez seuls que vous dites que vous souffrez ou que vous avez de la tension. C’est alors que vous devez prendre un médicament. Que Baba soit avec vous! Dites simplement: «Baba, maintenant, je vais dormir avec Toi». C’est cela le cachet. Un tel moment viendra comme au début, lorsque les médicaments manquaient. Vous vous en souvenez, n’est-ce pas ? Au début, il n’y a pas eu de médicaments pendant longtemps. Oui, vous mangiez un peu de la crème qui se trouve à la surface du lait ou du beurre. Vous ne preniez jamais de médicaments. Vous avez donc eu cette pratique au début, n’est-ce pas? Vos corps étaient vieux. A la fin, ces jours du début se répéteront. Tous auront des visions uniques. Beaucoup ont ce désir: «J’aimerais avoir une vision, même une seule fois!». Ceux qui resteront forts jusqu’à la fin auront des visions. Il y aura la même bhatthi d’une assemblée. Alors le service cessera. A présent, du fait du service, vous êtes dispersés ici et là. A ce moment-là, tous les fleuves se jetteront dans l’Océan. Cependant, les temps seront délicats. Vous aurez tous les moyens à votre disposition mais ils ne fonctionneront pas. C’est pourquoi la ligne de votre intellect doit être tellement claire que vous puissiez être touchés et savoir ce que vous devez faire à ce moment-là. Si vous retardez d’une seule seconde, vous serez perdus. Quel serait le résultat si ces gens appuyaient sur le bouton avec ne serait-ce qu’une seconde de retard? De même, ici aussi, si vous recevez une inspiration avec une seconde de retard, ce sera très difficile pour vous alors d’arriver ici. Ces gens aussi restent assis là-bas, tellement attentifs. De même, ici, l’intellect est inspiré. Au début, beaucoup de gens tranquillement installés chez eux ont entendu une voix leur dire: «Viens, vas-y ! Maintenant viens ici!». Instantanément ils ont tout quitté et sont venus. De même, à la fin également, la voix du Père vous parviendra. Tous les enfants ont été appelés d’une façon corporelle et de la même façon, Il invoquera tous les enfants sous la forme subtile: «Venez, venez ! ». C’est tout ! Venez et partez avec Lui. C’est pourquoi votre intellect devrait toujours être clair. Si votre attention est attirée ailleurs, vous manquerez l’appel du Père et Son invocation. Tout cela doit se produire.

Les professeurs, vous pensez que vous parviendrez ici de toute façon. Il est également possible que le Père vous donne des directives là où vous vous trouvez et qu’il y ait un travail spécial à accomplir là-bas. Il se peut que vous ayez à donner du pouvoir aux autres. Il se peut que vous deviez emmener quelqu’un avec vous. Cela aussi pourrait arriver mais ce devrait être conformément aux directives du Père et non suivant vos propres directives ou du fait de votre attachement. Vous ne devriez pas penser: «Oh mon centre! Je devrais emmener avec moi tel ou tel étudiant. Celui-ci est spécial, c’est une bonne aide!». Il ne faudrait pas que cela arrive. Si vous attendez quelqu’un, vous serez laissés en arrière. Vous êtes prêts à ce point, n’est-ce pas? C’est ce qu’on appelle être toujours-prêt. Vos bagages devraient toujours être prêts. Vous ne devriez pas avoir à y réfléchir à ce moment-là ni penser: «Je devrais faire ceci» ou «je devrais faire cela». Vous vous rappelez que, dans les jours sakar, les sacs et bagages des enfants serviables étaient toujours prêts. Ils recevaient leurs instructions cinq minutes avant l’arrivée du train: «Partez maintenant» et donc, leurs sacs, leurs bagages étaient toujours prêts. Ils partaient pour la gare au moment où leur train atteignait la station précédente! Vous avez fait cette expérience, n’est-ce pas? Ici aussi, les sacs et bagages du niveau de votre esprit devraient être prêts. Le Père vous appelle et les enfants répondent : « Présent ». C’est ce qu’on appelle être toujours-prêt. Achcha.

A ceux qui sont toujours colorés par la Compagnie; à ceux qui laissent le passé au passé et qui rendent leur présent et leur futur élevés; à ceux qui célèbrent constamment une rencontre avec Dieu; à ceux qui accomplissent chaque action en restant dans le souvenir, c’est-à-dire qui font de chacune de leurs actions un mémorial; à ceux qui chantent et dansent constamment dans le bonheur et célèbrent dans le plaisir à l’âge de confluence; aux enfants qui sont égaux au Père et qui captent chacune de Ses pensées; à ceux qui maintiennent toujours leur intellect élevé et clair; à de tels cygnes saints et heureux, BapDada donne Son Amour, Son Souvenir et dit: « Namaste».

Répondant aux lettres de tous les enfants BapDada a présenté Ses vœux pour Holi : BapDada a reçu toutes les lettres et les messages emplis d’entrain, d’enthousiasme et d’amour de tous les enfants de ce pays et de l’étranger et dans certains cas, leurs promesses en ce qui concerne leurs efforts. BapDada rappelle à tous les cygnes saints cette devise spéciale : «Je suis comme le Père» qui reste dans votre conscience sous la forme d’une bénédiction. Dès que vous agissez, dès que vous avez une pensée, commencez par vérifier : «Cette pensée est-elle la pensée du Père?». Quelles que soient les actions du Père, ce sont aussi mes actions. Vérifiez cela en une seconde et ensuite, concrétisez-la. Ainsi, vous serez des âmes constamment puissantes, égales au Père et ferez l’expérience du succès. Le succès est votre droit de naissance. Vous ferez l’expérience d’acquisitions faciles. «Je suis moi-même une étoile du succès et le succès ne peut être séparé de moi». Les perles de la guirlande du succès devraient toujours se trouver autour de votre cou, c’est-à-dire que vous continuerez à faire l’expérience du succès dans chaque action. Aujourd’hui, dans cette assemblée de Holi, BapDada vous voit tous personnellement, les cygnes saints (holy), et Il célèbre Holi avec vous. Il voit tout le monde avec amour et Il respire les différents parfums des spécialités de chacun. Le parfum de la spécialité de chacun est tellement doux. En voyant chaque âme avec sa spécialité, le Père chante cette chanson: «Ouah, Mon enfant yogi facile! Ouah, Mon enfant fortuné des millions et des millions de fois!». Acceptez tous personnellement, en votre nom et selon votre spécialité, l’amour et le souvenir du Père, restez toujours sous le dais de protection de BapDada et n'ayez pas peur de Maya. Ce n’est rien, ce n’est pas grand chose. Ne grossissez pas les choses. Transformez plutôt les choses qui paraissent importantes et rendez-les petites. Si vous restez au-delà, quelque chose qui paraît imposant deviendra tout petit. Si vous restez en bas, même une petite chose vous paraîtra grande. C’est pourquoi vous avez la compagnie du BapDada ainsi que Sa main. Par conséquent, n’ayez pas peur. Continuez à voler. Avec le niveau volant, allez au-delà de tout en une seconde. La compagnie du Père vous garde constamment en sécurité. Et elle vous gardera en sécurité. Achcha. BapDada vous donne à tous Ses vœux pour Holi en appelant chacun de vous Son enfant spécialement aimé, longtemps perdu et maintenant retrouvé. Achcha. (Ensuite, tous les enfants ont célébré Holi avec BapDada et ont fait un pique-nique).

Bénédiction:
Puissiez-vous devenir égaux au Père et devenir puissants en restant conscients du Père le plus élevé, de votre moi le plus élevé et de la tâche la plus élevée.

Dans le monde d’aujourd’hui, l’enfant d’un VIP se considérera lui-même comme un VIP. Cependant, personne n’est plus élevé que le Père. «Nous sommes les âmes les plus élevées, les enfants du Père le plus élevé». Cette conscience vous rendra puissants. Ceux qui sont toujours conscients du Père le plus élevé, de leur moi le plus élevé et de la tâche la plus élevée deviennent égaux au Père. A part vous, les âmes, personne au monde n’est le plus élevé et c’est pourquoi vous êtes loués et adorés.

Devise:
Vérifiez vos attachements subtils dans le miroir de la perfection et libérez-vous.