22.11.20    Avyakt Bapdada     French Murli     21.01.87     Om Shanti     Madhuban


Un souverain de soi a droit au royaume du monde.


Aujourd’hui, le Père, le Donneur de Fortune, regarde tous Ses enfants les plus élevés et les plus fortunés. Il n’y a que cette assemblée devant BapDada maintenant mais Il voit devant Lui tous les enfants fortunés de partout. Peu importe dans quel coin ils se trouvent, que ce soit dans ce pays ou à l’étranger, le Père illimité voit les enfants illimités. L’espace est limité dans ce monde corporel, mais le monde du drishti du Père illimité est illimité. Le drishti du Père inclut le monde de tous les brahmines. Dans le monde du drishti, tous sont personnellement devant Baba. Dieu, le Donneur de Fortune, est heureux de voir tous les enfants fortunés. Les enfants sont contents de voir le Père et de même, le Père est content de voir tous les enfants. En les voyant, le Père illimité éprouve l’ivresse spirituelle et la fierté que chacun de Ses enfants figure sur la liste des âmes spéciales face au monde. Même la dernière graine du chapelet des 16.000 est une âme spéciale face au monde, étant venue au Père et Lui appartenant. Ainsi, même si vous êtes incapables de comprendre la connaissance en détail, dès lors que vous acceptez le seul mot «Baba» avec votre cœur et que vous en parlez aux autres avec votre cœur, vous devenez des âmes spéciales. Vous devenez de grandes âmes face au monde; des âmes dignes qu’on se souvienne d’elles comme des mahatmas, de grandes âmes dans le monde. Sentez-vous que vous avez reçu facilement une fortune aussi élevée? Le mot «Baba» est la clef. La clef de quoi? De tous les trésors et d’une fortune élevée. En recevant la clef, vous recevez effectivement la fortune ainsi que tous les trésors. Toutes les Mères et les Pandavs ont-ils revendiqué leur droit à cette clef? Savez-vous aussi comment l’utiliser ou vous arrive-t-il de ne pas savoir comment vous en servir? Connaître et accepter Baba avec son cœur est la méthode pour utiliser la clef. Si vous vous contentez de prononcer le mot, même si vous possédez la clef, cela ne marchera pas. Si vous le dites du fond du cœur, tous les trésors sont alors toujours présents face à vous. Ce sont des trésors sans fin. C’est pourquoi, peu importe le nombre des enfants, tous ont un droit. Ces trésors sont ouverts et débordent. Ne pensez pas qu’il n’y en a plus pour ceux qui viennent à la fin. Pour tous les enfants qui sont déjà venus, c’est-à-dire pour tous ceux qui appartiennent au Père, et pour tous ceux qui Lui appartiendront dans le futur, les trésors sont démultipliés; il y en a plus qu’assez pour eux tous. Par conséquent, BapDada donne à chaque enfant la chance en or de prendre avec un cœur ouvert, c’est-à-dire sans hésiter autant de trésors qu’il le souhaite. Le Donneur ne manque de rien. Tout dépend du courage et des efforts de ceux qui doivent prendre. Vous ne trouverez pas, dans tout le cycle, un tel Père avec autant d’enfants, tous aussi fortunés. C’est pourquoi on vous a dit que ce BapDada spirituel éprouve une ivresse spirituelle.

Le désir de tous de venir à Madhuban pour une rencontre est à présent exaucé. Par rapport aux lieux de pèlerinage du chemin de la dévotion, au moins, ici, à Madhuban, vous avez de la place pour vous asseoir et vous loger confortablement. Dans les temples, ils défilent, debout, et ont juste un aperçu. Au moins, ici, vous êtes assis confortablement. Là-bas, on n’arrête pas de leur dire de se pousser, d’avancer, de courir alors qu’ici, vous êtes assis dans le confort et profitez ainsi du plaisir de rester dans le souvenir confortablement. Vous êtes venus ici pour célébrer dans le bonheur à l’âge de confluence, n’est-ce pas? Avez-vous, à tout moment, tout en marchant et en agissant, en mangeant et en buvant, accumulé les trésors du bonheur? Combien avez-vous accumulé? En avez-vous accumulé suffisamment pour pouvoir vivre dessus confortablement pendant 21vies? Madhuban est le lieu spécial pour accumuler tous les trésors parce qu’ici, vous faites l’expérience d’une façon physique d’appartenir au Père et à personne d’autre. Là-bas, vous en faites l’expérience au niveau intellectuel alors qu’ici, dans votre vie pratique, voyez-vous quelqu’un d’autre que le Père et la famille brahmine? Vous n’avez qu’une seule préoccupation emplie d’amour, la famille unique et un niveau stable et constant; rien d'autre qui puisse vous intéresser. Etudier et s’emplir de pouvoir grâce à cette étude; c’est le seul travail que vous ayez à faire à Madhuban. Combien de classes avez-vous? Donc ici, vous avez la possibilité spéciale d’accumuler. C’est pourquoi vous êtes tous venus ici en courant. BapDada vous rappelle spécialement à vous tous, les enfants: «Continuez constamment à avancer avec votre niveau de souverains de soi.» Etre souverain de soi indique que l’on devient celui qui a droit au royaume du monde.

Dans leurs conversations de cœur à cœur avec le Père, certains enfants demandent: «Que deviendrai-je dans le futur? Serai-je un roi ou un sujet?» BapDada répond aux enfants: «Vérifiez où vous en êtes, ne serait-ce que sur une journée et vous verrez si vous allez devenir des rois, des sujets riches ou des sujets. Commencez par passer en revue, dès l’amrit vela, vos trois ouvriers principaux, vos compagnons coopératifs. Qui sont-ils? 1) L’esprit, c’est-à-dire le pouvoir des pensées. 2) L’intellect, autrement dit le pouvoir de décider. Et 3) les sanskars élevés du passé et du présent. Ce sont là vos trois ouvriers principaux. Dans le monde d’aujourd’hui, un roi dispose d’un premier ministre ou d’un conseiller particulier et le royaume fonctionne avec sa coopération. A l’âge d’or, il n’y aura pas de conseiller, mais des parents et compagnons proches. Voyez-les comme vous voulez – des compagnons ou des conseillers – mais vérifiez: fonctionnent-ils sous votre contrôle? Exercez-vous une pleine souveraineté sur les trois ou est-ce eux qui vous contrôlent? Votre esprit vous contrôle-t-il ou le maîtrisez-vous? Pouvez-vous créer dès que vous le souhaitez le genre de pensée que vous souhaitez? Pouvez-vous concentrer votre intellect sur ce que vous voulez ou votre intellect vous fait-il errer, vous, les rois? Maîtrisez-vous vos sanskars ou ces derniers vous influencent-ils? Avoir un royaume veut dire avoir un droit. Les pouvoirs auxquels vous donnez des ordres, vous, les souverains, s’acquittent-ils de leur tâche de façon précise au moment même où vous le leur demandez ou leur demandez-vous de faire quelque chose et ils en font une autre? La méthode spéciale pour devenir un yogi constant, c’est-à-dire un souverain de soi est de bien utiliser l’esprit et l’intellect. Vous avez reçu ce mantra: «Manmanabhav» (man = esprit). On parle du yoga de l’intellect. Donc, si ces piliers, ces supports principaux ne restent pas sous votre contrôle ou s’ils ne le sont que parfois, s’ils le sont à un moment donné mais pas l’instant suivant, même si un seul des trois l’est dans une moindre mesure, vous pouvez vérifier d’après cela si vous allez devenir des rois ou des sujets. Les sanskars de souverain sur une longue période vous permettront d’avoir un droit au royaume dans le futur pendant une longue période. Si vous exercez une maîtrise de temps en temps et que vous êtes influencés le reste du temps, vous serez alors incapables de recevoir un droit complet à la fortune du royaume pendant un demi cycle. Après la moitié du temps (après l’âge d’or), vous pouvez devenir rois à l’âge d’argent, mais vous n’aurez pas droit au royaume tout le temps; autrement dit, vous ne viendrez pas en relation proche avec la famille royale qui gouvernera le royaume. Si vous vous laissez influencer encore et encore, vous n’aurez pas alors des sanskars de maîtrise mais plutôt des sanskars d’âmes qui viendront dans le royaume de ceux qui auront droit au royaume. Et donc que sont ces âmes? Des sujets! Comprenez-vous donc qui deviendra roi et qui deviendra sujet? Regardez l’image de votre fortune dans votre propre miroir. Le miroir est cette connaissance. Vous avez tous ce miroir, n’est-ce pas? Vous pouvez voir votre visage dedans, n’est-ce pas? A présent, entraînez-vous à exercer un droit sur une longue période. Ne pensez pas que vous obtiendrez ce droit à la fin. Si cela ne vient qu’à la fin, vous ne pourrez régner que peu de temps dans la dernière vie (de l’âge d’argent). Néanmoins, souvenez-vous aussi que si vous ne vous y entraînez pas pendant une longue période dès maintenant, ou si vous n’avez pas développé cette pratique depuis le début, si depuis le début et jusqu’à aujourd’hui, ces ouvriers spéciaux ont exercé sur vous leur maîtrise ou s’ils ont fait fluctuer votre niveau, autrement dit s’ils vous ont trompés, s’ils vous ont fait connaître des vagues de peine, alors il se peut qu’à la fin aussi, vous soyez abusés. Etre abusé par ses propres sanskars entraîne fatalement de la peine. Ainsi, même à la fin, il y aura une vague de peine de repentir. C’est pourquoi BapDada vous rappelle à tous, les enfants, une fois de plus que vous devez devenir des rois et garder sous votre contrôle vos compagnons et ouvriers coopératifs spéciaux qui travaillent dans votre royaume. Comprenez-vous?

BapDada voit qui est devenu un souverain de soi et dans quelle mesure. Achcha. Que voulez-vous tous devenir? Voulez-vous devenir des rois? Alors êtes-vous à présent devenus des souverains de vous-mêmes ou dites-vous encore que vous allez le devenir, que vous le deviendrez à la fin? Ne dites pas: «Je le deviendrai dans le futur». Si vous dites que cela se fera dans le futur, le Père dira aussi: «Achcha, alors pour ce qui est de donner la fortune du royaume, nous verrons cela dans le futur également!» On vous a dit que des sanskars d’une longue période sont nécessaires dès à présent. En fait, il ne reste pas beaucoup de temps; il en reste peu. Néanmoins, si vous n’avez pas la pratique pendant suffisamment de temps, ne venez pas vous plaindre au dernier moment: «Je pensais que je le deviendrais à la fin». C’est pourquoi on dit: «Pas dans quelque temps, mais maintenant.» Ne pensez pas que cela se fera à un moment donné. Cela doit se produire maintenant. Vous devez le devenir maintenant. Régnez sur vous-mêmes. Ne commencez pas à régner sur vos compagnons. Du fait de leur amour, tous les compagnons – lokik et alokik – de ceux qui exercent leur souveraineté sur eux-mêmes leur disent: «Oui, ha-ji», et ils demeurent leurs compagnons; ils sont leurs compagnons aimants et le démontrent concrètement en disant: «Haji». De même que des sujets se montrent coopératifs avec amour envers leur roi, tous vos sens physiques, spécialement les pouvoirs, resteront coopératifs et aimants et cela aura un impact sur vos compagnons de service ainsi que vos proches et vos compagnons lokik d’une façon physique. Cela n’ira pas si, au sein de la famille, vous devenez ceux qui prennent le contrôle sur les autres et qui leur donnent des ordres. Gardez simplement vos organes des sens sous votre contrôle et automatiquement, avant même de donner un ordre ou une directive, tous vos compagnons coopéreront à la tâche. S’ils coopèrent d’eux-mêmes, inutile alors de donner des ordres. Ils offriront leur coopération si vous êtes souverains de vous-mêmes. Un roi est un donneur et un donneur n’a pas à dire quoi que ce soit; il n’a pas besoin de demander. Etes-vous donc devenus de tels souverains de soi? Achcha. Cette mela était également inscrite dans le drama. Vous dites: «Ouah Drama!», n’est-ce pas? Les autres diront parfois «Oh Drama!» et parfois «Ouah Drama!» tandis que vous, que dites-vous toujours? «Ouah Drama, ouah!» Quand on fait des acquisitions, rien n’est difficile. De même, vous faites l’expérience de rencontrer une famille aussi élevée et donc tout ce qui est difficile ne vous semble pas difficile. Cela paraît-il difficile? Devez-vous attendre pour vos repas? Quand vous vous restaurez, chantez la louange de Dieu et même si vous devez faire la queue, chantez Sa louange. C’est tout ce que vous avez à faire, n’est-ce pas? Il s’agit là aussi d’une répétition. Ce n’est rien encore. Il y aura bien plus d’expansion. A présent, forgez l’habitude d’être en mesure de vous «mouler» afin de pouvoir vous adapter au moment. Vous avez développé l’habitude de dormir par terre, n’est-ce pas? Ne pas avoir de lit ne vous a pas empêché de dormir, n’est-ce pas? Vous avez également développé l’habitude de loger sous une tente, n’est-ce pas? Cela vous a‑t‑il plu? Vous n’avez pas eu froid, n’est-ce pas? Devrions-nous à présent monter des tentes partout dans Abu? Avez-vous aimé dormir dans les tentes ou avez-vous besoin d’une chambre?

Vous souvenez-vous que, du temps où vous étiez au Pakistan, au début, les maharathis dormaient par terre? Les maharathis connus disposaient d’1 m² pour dormir par terre. Et quand la famille a commencé à prendre de l’expansion, comment cela a-t-il commencé? Avec des tentes. Ceux du début vivaient dans des tentes et ceux qui vivent dans des tentes sont des saints (de grandes âmes). Ils vivaient dans des tentes même du temps de sakar Baba. Vous voulez donc tous faire cette expérience, n’est-ce pas? Ainsi, êtes-vous tous heureux de toutes les façons? Achcha, nous en inviterons 10.000 autres et ferons des arrangements pour leur donner des tentes. Vous êtes tous en train de penser à la question des douches; là aussi, le nécessaire sera fait. Vous rappelez-vous ce que tout le monde a dit au moment de la construction de ce hall? «Que ferons-nous avec autant de salles de bains?» Ce hall a été construit dans le but de l’expansion, et il est à présent devenu petit. Quelle qu’en soit la taille, il deviendra petit parce qu’à la fin, vous devez aller dans l’illimité.

Les enfants de partout sont venus. Ils sont la décoration de ce hall illimité. Certains sont même assis en bas (certains écoutent le murli dans le History Hall, dans le Meditation Hall, etc.). Cette expansion est le signe d’une grande fortune. L’expansion s’est faite, mais vous devez à présent avancer selon le système. Ne pensez pas que vous êtes venus à Madhuban, vous avez vu Baba, vous avez vu Madhuban et que désormais, vous pouvez avancer comme vous le souhaitez. Ne faites pas cela. Certains enfants restent très solides jusqu’à ce qu’ils aient la chance de venir à Madhuban et après, ils deviennent un petit peu négligents. Ne devenez pas négligents. Etre brahmine veut dire mener une vie brahmine, et la vie, c’est pour tout le temps qu’on est vivant. Vous avez créé cette vie, n’est-ce pas? En avez-vous fait votre vie ou n'êtes-vous devenus brahmines que pour peu de temps? Restez toujours conscients des spécialités de votre vie brahmine parce que c’est grâce à ces spécialités que votre présent est élevé et que votre futur le sera également. Achcha.

Que reste-t-il à faire? Des tolis. (Donner des bénédictions). La bénédiction est que vous êtes devenus les enfants du Donneur de Bénédictions. Les enfants du Donneur de Bénédictions ne cessent de recevoir automatiquement du Donneur de bénédictions des bénédictions à chaque pas. La bénédiction est votre soutien. Vous êtes soutenus par les bénédictions. Autrement, regardez: vous avez fait une acquisition tellement élevée et quel effort avez-vous fourni? Tout trésor reçu sans avoir à travailler dur est une bénédiction. Or quel effort avez-vous fait? Et pourtant ce que vous avez reçu est tellement élevé! Vous avez réclamé un droit à une acquisition vie après vie. Vous recevez des bienfaits et des bénédictions du Donneur de Bénédictions à chaque pas et vous continuerez à les recevoir. Par le drishti, par les mots et par les relations, vous recevez toujours et toujours plus de bénédictions. Achcha.

Vous vous préparez à présent à célébrer le Jubilé d’Or. Vous célébrez le Jubilé d’Or, c’est-à-dire le jubilé pour rester constamment stable dans un niveau en or. Soyez toujours de l’or vrai, sans le moindre alliage. C’est ce qu’on appelle le Jubilé d’Or. Afin d’être révélés au monde en tant qu’âmes en or vrai qui ont un niveau en or, vous créez toutes ces méthodes de service parce que votre niveau en or fera venir l’âge d’or, le monde beau. Tous souhaitent que le monde change maintenant. Vous êtes les âmes spéciales qui provoqueront la transformation du monde par leur propre transformation. En vous voyant, les âmes devraient avoir la foi et l’espoir pur que le monde beau en or va vraiment venir! En voyant un modèle, elles ont la foi que c’est bien. Vous êtes donc les modèles, les exemples du monde en or. Votre niveau est en or. En vous voyant, vous, les modèles, les autres devraient avoir cette foi: «Oui, maintenant que les échantillons sont prêts, ce monde va effectivement venir.» Vous ferez un tel service au moment du Jubilé d’Or, n’est-ce pas? Devenez ceux qui redonnent espoir à ceux qui n’en ont plus. Achcha.

A tous les souverains de soi; aux âmes qui ont développé la pratique de se maîtriser sur une longue période; à toutes les âmes spéciales du monde; aux âmes les plus élevées qui sont soutenues par les bénédictions du Donneur de Bénédictions, BapDada donne Son Amour, Son Souvenir et dit: «Namaste».

Bénédiction:
Puissiez-vous être des phares et des générateurs de pouvoir vivants qui montrent aux âmes qui errent leur vraie destination.

Afin de montrer à toute âme qui erre sa vraie destination, devenez des phares et des générateurs de pouvoir vivants. Pour ce faire, soyez bien attentifs à deux aspects: 1) discerner ce que chaque âme souhaite. Tout comme un médecin compétent sait prendre le pouls de son patient, utilisez toujours votre pouvoir de discernement. 2) Gardez toujours avec vous l’expérience de tous les trésors. Maintenez le but de ne pas avoir à dire quoi que ce soit aux gens, mais de leur donner l’expérience de toutes les relations et de tous les pouvoirs.

Devise:
Au lieu de corriger les autres, gardez une bonne connexion avec le Père.