24.06.22    Avyakt Bapdada     French Murli     15.12.63     Om Shanti     Madhuban


Doux enseignements élevés à lire en classe le jour du souvenir de Mama
Les actions sont la cause du bonheur et de la peine


Chaque être humain sait que le bonheur et la peine qu'il ressent dans sa vie sont le fruit de ses actions. Nous avons vraiment accompli des actions telles à un moment donné, que l'on fait l'expérience de leurs conséquences sous forme de bonheur ou de peine. Ainsi, le bonheur et la peine sont reliés à nos actions. Le karma ne peut pas être appelé destinée (kismet). Certains pensent que c'est dans leur destinée, et ainsi ils considèrent le bonheur et la peine comme étant leur destinée. C'est comme dire que Dieu ou quelqu'un d'autre a créé notre destinée. C'est pourquoi ils disent que c'est dans leur destinée. Ne pensez pas que notre destinée est créée à l'avance; non. Le bonheur et la peine que les gens ressentent sont créés par les êtres humains eux-mêmes, parce que ce sont les êtres humains qui accomplissent des actions. C'est pourquoi c'est notre responsabilité. "Ce que tu as semé, tu le récolteras (Qui sème le vent récolte la tempête)" est un dicton usuel, et donc quoi que chacun de nous fasse, il en reçoit le fruit. Il est aussi dit dans la Gîta: "L'être humain est son propre ami et son propre ennemi". Il n'est pas dit: "Je suis votre Ennemi, Je suis votre Ami!" Non; chaque être humain est son propre ami et son propre ennemi, et c'est pourquoi chacun est son propre ami et son propre ennemi; il s'apporte à la fois du bonheur et de la peine. Ainsi, il est clair que chacun est responsable de son propre bonheur et de sa propre peine. C'est pourquoi, lorsque vous ressentez de la peine sous quelque forme que ce soit, vous essayez de la faire disparaître. Lorsqu'une querelle ou un conflit éclate quelque part, vous essayez de l'arrêter, et parfois, pour certains cela se conclut par une mort prématurée, et donc ils ressentent de la peine. Alors les gens pensent: "Pourquoi cela m'arrive-t-il?" Ils commencent alors à vivement blâmer Dieu. Mais qui a fait en sorte que cela leur arrive? La mort prématurée qui surgit ou la peine qu'ils ressentent sous forme de maladie ou autre, est-ce Dieu qui les a provoquées? Toutes les querelles ou les conflits, toutes les sources de peine qui existent dans le monde, est-ce Dieu qui les a créées? Dieu est Celui que vous appelez "Celui qui enlève la peine et qui donne le bonheur". C'est pourquoi, dès que vous ressentez la moindre peine, vous vous souvenez de Lui. Même lorsque votre corps est malade vous appelez Dieu: "Ô Dieu!" Vous ne vous souvenez que de Lui au moment de la peine. Mais dites-moi, si c'est Lui qui provoque votre peine, que devrait faire Celui qui donne cette peine? Il faut aussi y réfléchir: Quelle que soit la personne dont vous vous souvenez quand vous êtes malheureux, vous ne pouvez pas L'accuser de vous rendre malheureux. Il faut le comprendre! Puisque nous nous souvenons de Lui, c'est que nous avons une relation différente avec Lui; pas celle de donneur de peine. Cela prouve que la raison pour laquelle nous sommes malheureux ou la personne qui en est responsable est quelqu'un d'autre. Et même à ce niveau, il n'y a pas de troisième personne. D'un côté il y a moi, et de l'autre, mon Créateur, c'est tout. Nous ne sommes que deux. D'un côté il y a moi, Sa création ou vous pouvez dire aussi Son enfant, et de l'autre côté, il y a le Père. Alors soit le Père est responsable, soit c'est moi? Néanmoins, lorsque je suis malheureux, j'ai le sentiment que c'est le Créateur qui en est à l'origine. Intérieurement je sens qu'Il est mon Donneur de Bonheur. C'est comme si vous demandiez un soutien de bonheur: "Ô Dieu, retire cette peine! Dieu, donne-moi une longue vie!" Voyez, les gens demandent même une longue vie. Une longue vie, la peine, la maladie du corps, la moindre querelle ou le moindre conflit… quelle que soit leur source d'agitation, ils implorent Dieu. Lorsqu'un enfant n'est pas sensé, il dit: "Ô Dieu, donne-moi "sumat" (un bon intellect)." Ainsi, ils Lui demandent de les guider. Lorsque quelque chose provoque de la peine ou de la souffrance, ils se souviennent de Lui à ce moment-là, et ils Lui demandent ce qu'ils veulent. Puisqu'ils Lui demandent quelque chose, c'est qu'Il en est le Donneur, et Il doit être Celui qui nous donne du bonheur. Cela veut dire que Lui seul peut tout guérir. Nous ne nous souvenons pas de Lui gratuitement; Il peut guérir. Alors quelles que soient nos habitudes, que ce soit consciemment ou inconsciemment, nous nous souvenons de Dieu lorsque nous sommes malheureux. Lorsque quelque chose se produit, nous disons immédiatement: "Ô mon Dieu!" Qu'ils sachent ou non qui Il est, ou ce qu'Il est, ces paroles sortent de leur bouche. Il faut également le comprendre. Au bout du compte, Celui dont nous nous souvenons a-t-Il un lien avec notre peine? Est-Il le Donneur de peine? Ou bien est-Il connecté au fait de nous donner du bonheur? Même notre souvenir prouve que Son travail n'est pas de causer de la peine à qui que ce soir. Si c'était le cas, pourquoi nous souviendrions-nous de Lui? Généralement, on ressent de la colère à l'égard de quelqu'un qui nous rend malheureux. On pensera: "Je ne sais pas ce que je pourrais lui faire! "Mais pour Dieu, on ressent toujours de l'amour, et particulièrement lorsque l'on est malheureux. Intérieurement, on ressent qu'Il est notre grand Ami. On ressent du bonheur intérieurement. Ainsi, la relation qu'Il a avec nous n'est vraiment que liée au bonheur. C'est donc bien que quelque chose d'autre est la cause de notre peine. Il n'y a pas de tierce personne: il y a moi d'un côté, et Lui de l'autre. Je suis donc vraiment responsable (de ma peine).

Ainsi, quelle que soit la tâche pour laquelle je suis un instrument, je suis celui qui subit la souffrance, je la crée moi-même contre moi-même. Ainsi, il n'y pas de non-sens! Ce dont je veux me libérer, je le crée pour moi-même, c'est donc surprenant, non? Les gens ne veulent pas de peine et pourtant, ils continuent de la créer. Il y a donc quelque chose qu'ils ne savent pas, et ils ne comprennent pas. Lorsque vous ne savez pas quelque chose, il vous faut tout d'abord commencer par l'apprendre. Je dois absolument avoir une certaine connaissance et une certaine compréhension de la question. Je dois d'abord chercher cette compréhension. Cependant, ce qui est surprenant, c'est qu'aujourd'hui encore, certaines personnes impuissantes trouvent tant d'excuses pour ne pas comprendre ces choses. Ils disent qu'ils ne sont pas libres ou qu'ils n'ont pas le temps. Que devrions-nous faire? Devrions-nous nous occuper de nos foyers et de nos affaires ou faire ceci ou cela? Que devons-nous faire? C'est pourquoi ils sont devenus malheureux en s'occupant de tout. Puisque j'ai créé cette peine en disant: " C'est à moi, c'est à moi", puisque j'ai pris cette peine sur moi, je dois d'abord essayer de m'en libérer. Lorsque je me cause de la peine, je dois savoir quelle en est la raison. Je dois d'abord comprendre pourquoi je suis malheureux. Est-ce parce que le bonheur n'est pas pour moi? Je dois d'abord le découvrir.

Cette information peut être trouvée dans la compréhension que toutes les choses que vous considérez comme vôtres sont la raison de votre peine. Il est nécessaire dans la vie de savoir quel est le remède à ce chagrin. Même en le sachant, ils disent: "Que puis-je faire? Comment puis-je le faire? Dois-je quitter mon foyer et tout le reste?" Ainsi, il est surprenant de voir comment fonctionne l'intellect humain, et que même lorsqu'on lui permet de comprendre, il est incapable de s'en imprégner. Nous comprenons ces choses grâce à l'expérience, et ensuite, après nous en être imprégnés, nous les partageons avec vous. C'est quelque chose qui doit être vécu. Nous en avons fait l'expérience, et c'est pourquoi nous vous expliquons comment atteindre le bonheur de manière pratique. Nous avons ce désir depuis longtemps. Maintenant, le Donneur de bonheur Lui-même se présente à nous: Ô enfants, comment êtes-vous devenus malheureux? C'est votre faute, mais qu'y a-t-il en vous que vous-mêmes ne voyez pas et qui est la raison pour laquelle vous prenez cette peine? Est-ce que ce sont vos actions qui sont la raison de votre peine? Venez le comprendre. Voyez, nous vous offrons cela. Malgré tout, c'est étonnant. Même s'ils l'entendent, ces pauvres gens sans défense disent: "Peut-être que c'est comme ça que nous devons continuer." C'est ce que l'on appelle l'attachement à Maya. Maya s'est complètement emparée d'eux et, quoiqu'ils se donnent du mal toute la journée, le Père Lui-même leur dit quelle est la raison de leur bonheur et de leur chagrin.

Le Père lui-même dit: Je suis venu éliminer toute votre tristesse et vous donner du bonheur. C'est pourquoi vous chantez: "Ô Celui qui enlève la peine et qui donne du bonheur." On ne dit jamais: Aujourd'hui, Tu nous fais souffrir et Tu élimines notre bonheur." Non. Il est Celui qui élimine toutes nos peines. Le Père dit: Je suis venu spécialement pour éliminer votre tristesse. Mais pour ce faire, Je vous apprends à accomplir des actions telles, que votre peine disparaisse. Tout ce que Je vous enseigne et vous explique, assimilez-le et fournissez simplement des efforts; alors votre peine disparaîtra. Je vous donne des enseignements pour mettre fin à votre chagrin, alors assimilez-les, car c'est votre propriété. Cependant, certains pauvres, impuissants, trouvent des excuses comme s'ils rendaient service à Dieu. Certains disent: "Si j'ai le temps, je le ferai." Ô chers frères! C'est le fait de manger, boire et servir tout le monde, ainsi qu'en voyant le compte de ces actions que vous avez créés que vous êtes devenus malheureux. D'un côté, vous dites que vous voulez vous libérer de la peine, et de l'autre, même si le Père vous montre le chemin pour vous en libérer, cela ne trouve guère de place dans l'intellect de quiconque. C'est ainsi que les cinq vices sont appelés Maya, mais les gens considèrent que la richesse et la prospérité sont Maya. Certains disent que leur corps est Maya, et ils essaient de trouver des moyens de s'en protéger. Pourtant le Père dit: la raison de votre chagrin est ailleurs. Les éléments sont Ma création. Ce qui est éternel n'est pas la cause du chagrin. Vous avez quelque chose de plus en vous qui vous cause du chagrin. Cela s'appelle les cinq vices (Maya). Les vices ne sont pas le corps; le monde n'est pas fait de vices, et la richesse et la prospérité ne sont pas les vices. Les vices sont autre chose, et lorsque ces vices prennent vie, tout cela devient la cause du chagrin. Sinon, tous ces conforts nous donnaient du bonheur. Pour les âmes, la richesse et la prospérité, etc. sont des sources de bonheur, mais parce que vous n'avez pas une connaissance complète de toutes ces choses, elles vous ont causé de la peine. Ce n'est pas la création éternelle que je mène à bien qui est à l'origine de la peine; non! C'est vous qui êtes à l'origine de votre propre peine. Quelque chose d'autre s'est développé en vous, et cette autre chose, c'est Maya, les cinq vices. Vous devez maintenant les éliminer. Les gens disent: "Dieu a causé tout cela." Si Dieu donne une chose, c'est le bonheur. Vous avez mélangé les vices à tout cela et avez tout gâché, c'est pourquoi le Père dit: Éliminez ces vices et vous serez heureux pour toujours. Tout cela doit être compris. Vous devrez y consacrer du temps. Apprenez à éliminer votre peine. Pour cela, on vous dit de venir encore et encore et d'apprendre quelque chose. Néanmoins, il ne faudrait pas que vous entendiez toutes ces choses ici et que, dès que vous sortez, tout se termine. Certains disent que tout cela est pour les seniors ou les personnes âgées. Est-ce que ce sont seulement les personnes âgées qui doivent créer leur vie? Les personnes âgées ont grimpé la mauvaise échelle, et après cette expérience, elles doivent redescendre. Au lieu de cela, pourquoi ne pas vous mettre en garde avant de gravir l'échelle et comprendre comment vous devez vivre votre vie? C'est pour cela que l'on vous donne ce conseil: Comprenez ces choses et faites tout votre possible pour éliminer la cause profonde de votre peine, les raisons de votre chagrin.

Nous devons comprendre le droit que nous avons sur Dieu, le Père, qui est le Père de tout le monde, et aussi revendiquer ce droit. Vous ne devez pas seulement l'appeler votre Père, mais aussi venir pour L'écouter et comprendre ce que vous pouvez obtenir de Lui. Nous continuerons à faire cette offre à tout le monde. Avant aussi, nous offrions cette invitation et ce message à tout le monde. Puis, une poignée sur des millions s'est éveillée. La même chose s'est déjà produite auparavant et c'est pourquoi Dieu lui-même a dit: une poignée parmi des millions et des millions me connaissent. Donc, en venant ici, vous devez comprendre ces choses, puis en parler et vous en imprégner. Tout cela ne peut pas être expliqué en un seul jour. Achcha.

Aux très doux enfants, amour, souvenir et namaste.

Bénédiction:
Puissiez-vous être libérés dans la vie et ainsi garder une ivresse spirituelle constante en restant conscients de votre forme digne d'adoration.

Le plaisir de la vie Brahmine est le niveau de libération dans la vie. Ceux qui restent constamment conscients de leur forme digne d'adoration ne peuvent pas laisser leurs yeux aller ailleurs que vers le Père. Tout le monde, ainsi que tous les biens s'inclinent devant les âmes dignes d'adoration. Les âmes dignes d'adoration ne sont jamais attirées par quoi que ce soit. Leur esprit et leur intellect ne s'inclinent devant personne, ni même devant leur propre corps, leurs relations, leurs possessions ou leurs sanskars. Elles ne sont jamais prises au piège du moindre lien et continuent constamment à faire l'expérience du niveau de libération dans la vie.

Devise:
Les véritables serviteurs sont des instruments et sont humbles.